Mise à jour et permis de garrot! Fini les atteintes compressives aléatoires du garrot chirurgical

L'énigme des pressions/compressions de garrot est derrière nous !

Nous l'avons (accidentellement) résolu, nous avons pu démontrer scientifiquement par la physique élémentaire, puis par une critique de la littérature du sujet, aussi empiriquement après 1.5M de patients, et enfin imagerie IRM à l'appui, que c'est le design maladroit et limité, du concept traditionnel de référence, qui a imposé un langage et un calibrage inaproprié par rapport au besoin dans le contexte chirurgical.


Inutile de déranger un prochain comité d'éthique, ni de randomiser des patients, de faire des mesures et essais entre regime de pressions, surtout si on ne connait pas les dimensions du patient….


Rappeler la définition de la pression P = F / S , nous permet de dire sans étude clinique, que si la largeur du garrot est importante, la pression nécessaire pour occlure est réduite, et que celle ci est uniformément appliquée à l'intérieur du membre dans presque toute la largeur du manchon.


Et lorsque l'on apprécie le phénomène de manière absolue, en sortant du relativisme de la mesure en pression, utile mais déroutante comme seule et unique mesure,

on comprend que contraindre un flux sanguin avec un multiple du poids du patient pour écraser une artère de moins de 2 cm de diamètre, est contraire à tous les principes de précaution et nuit à tous les autres efforts menés par tous pour optimiser et sécuriser la prise en charge.


Si P= F/S alors F = P x S, et là c'est assez surprenant de voir que l'on peut pour un peu moins de 75%, assez bien supporter quelques centaines de kg sans broncher ...

Ou presque, en tout cas pour les plus de 25% restant, statistiquement peu ou prou ça fait mal et pas que...

Locales ou systémiques les EI sont fréquents et divers, impactent sur les ISO et leur gravité (C.Olivecrona Karolinska Institute), sur les résultats et la durée des séjours hospitaliers.


Ici une petite vidéo faite par un de nos stagiaires à l 'occasion du concours HAS en 2016, "la semaine de la sécurité du patient", figurative elle explique simplement le phénomène pour un lectorat avec ou sans exigence académique.